L’agroécologie et les savoirs ancestraux pour le respect de l’environnement

Rencontre de la représentante de SUCO au Bénin avec les producteurs-trices de riz d’Allahé. Crédit photo : ALDIPE

Le projet QSF au Bénin

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet Québec sans frontières financé par le Ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF), une mission de suivi a été réalisée en février dans la région d’Abomey, spécifiquement dans les localités d’Allahé et Tanvè. La mission a été effectuée par Christelle Ouattara, représentante de SUCO au Bénin, avec l’accompagnement le partenaire local ALDIPE, Développement Intégré et pour la Protection de l’Environnement. Lors de cette mission, il a été possible d’évaluer l’état d’avancement du projet et de constater les travaux qui ont été menés sur le terrain depuis le début du projet.

Résilience aux changements climatiques : à la rencontre des productrices et producteurs de riz d’Allahé

Une session de formation a été donnée aux bénéficiaires ciblés·es à Allahé sur les pratiques agroécologiques promues par le partenaire local. Ces formations ont mis un accent particulier sur la réhabilitation des sols, les itinéraires techniques de production qui respectent l’environnement Les producteurs·trices ont été également formés·es sur les mesures de conservation des eaux dans le sol, la gestion intégrée de la fertilité des sols, l’utilisation des semences à cycle court et la culture des variétés tolérantes à la sécheresse.

Cette mission a été l’occasion d’échanger et de recueillir les témoignages des participants·es aux sessions de formation. C’est avec empressement que les femmes qui étaient les premières à prendre la parole, ont exprimé leur gratitude envers les différents acteurs qui ont rendu possible ce projet. Elles ont à tour de rôle partagé les difficultés qu’elles avaient rencontrées par le passé et mis l’accent sur la précarité de leur situation économique. Tous les témoignages convergeaient sur la plus-value apportée par la mise en application de pratiques agricoles responsables.

Les producteurs·trices ont pu témoigner d’une meilleure productivité des sols et surtout un accroissement des récoltes avec une amélioration de la qualité de leur riz. Les productrices de riz ont affirmé avec fierté qu’elles ont écoulé tout leur inventaire et que la demande était désormais beaucoup plus élevée que leur capacité de production actuelle. 

Les femmes au cœur du projet QSF

Les femmes productrices de riz d’Allahé ont été également formées dans la transformation de leur riz pour assurer une diversification de leurs sources de revenus. Elles sont désormais en mesure de les transformer en gâteau de riz ou en bouillie qu’elles commercialisent par la suite dans leur communauté. La farine de riz a été améliorée avec l’ajout de soja et de maïs pour constituer une nouvelle source de revenus d’une part, mais également une ressource alimentaire nutritive pour elles et leurs familles. Que ce soit en tant qu’animatrices, transformatrices ou productrices, les femmes sont de véritables actrices du changement dans le cadre de ce projet et sont au premier plan pour améliorer leur condition de vie et celle de leurs familles.

Riz local produit à Allahé, emballé et commercialisé par le groupement Totchéminton. Crédit photo : Christelle Ouattara

L’implication des jeunes, une clé pour l’environnement de demain

À la fin de cette mission,  une visite du groupement de jeunes nommé Totchéminton qui signifie « De chez nous » en langue Fon a été réalisée. Afin de soutenir des systèmes alimentaires viables, le groupement Totchéminton s’implique dans l’emballage et la mise en marché du riz produit à Allahé avec entre autres la production d’emballage biodégradable destiné à la vente des produits de riz au marché d’Abomey.

Ce marché, qui est visité par une clientèle plus élargie, constitue un débouché de premier plan pour la filière du riz d’Allahé. Les jeunes ont, par l’entremise de leur responsable, témoigné de la pertinence des formations reçues dans le cadre du projet QSF. Les formations en entrepreneuriat et agroalimentaire mises de l’avant ont permis de développer à la fois l’activité de distribution du riz produit à Allahé. Grâce à l’aspect innovant des emballages biodégradables, ces jeunes ont réussi avec brio à positionner leur produit au point de ne plus pouvoir répondre aux nombreuses sollicitations des revendeurs, étant donnée la rupture d’inventaire.

Maintenant, le défi majeur qu’ils rencontrent demeure l’acheminement des produits de leur zone de production, Allahé, jusque sur le marché d’Abomey, leur seul moyen de transport actuel n’étant que de petites mobylettes. Les jeunes souhaiteraient acheter un tricycle qui leur permettrait d’acheminer une plus grande quantité de marchandises rapidement afin de satisfaire les commandes de leurs clients.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

La première édition du projet L’agroécologie et les savoirs ancestraux pour le respect de l’environnement au Bénin, est arrivée à sa fin en février dernier. D’importantes réalisations et actions ont été menées pour promouvoir des pratiques agroécologiques et le renforcer le pouvoir d’achat des femmes productrices et transformatrices de riz d’Allahé.

La synergie des efforts des acteurs et actrices de changement, hommes, femmes et jeunes a mené aux succès du projet. Les bénéficiaires, les partenaires et SUCO souhaitent poursuivre leur collaboration afin d’appuyer la résilience aux changements climatiques, les systèmes alimentaires viables, les droits et la participation des femmes pour bien répondre aux besoins de la communauté et consolider les acquis de ce projet encore fragiles dans ce contexte pandémique. En route pour une seconde édition de ce projet ? Pourquoi pas !

Objectif du projet

Le projet Québec sans frontière visait à renforcer les capacités des producteurs et productrices de riz d’Allahé afin d’accroitre l’utilisation de pratiques agroécologiques dans les communautés desservies par la ferme-école de Allahé et de faciliter l’emballage et l’écoulement du riz produit à Allahé sur le marché d’Abomey. En plus, ce projet permet d’appuyer les jeunes des cellules Éducation à la Citoyenneté Mondiale et Solidaire (ECMS) en les accompagnant dans le développement de leurs activités de jardinage et de petit élevage pour leur subsistance et pour encourager « le consommons local » et en reboiser un site de 2 hectares avec l’appui des autorités scolaires locales. 

Le projet avait comme activité transversale la sensibilisation des populations rejointes par le projet dans l’adoption des gestes barrières et des comportements responsables qui limitent la propagation de la pandémie de COVID-19.


Renseignements supplémentaires:

Christelle Ouattara

Représentante SUCO — Bénin

Courriel : christelleouattara@suco.org