Hommage à cinq activistes inspirantes au Honduras

Par Camila Álvarez, collaboratrice spécialisée en communication au Honduras

Honduras

Nombreuses sont les femmes qui sont habitées de courage et de persévérance et elles luttent pour un monde plus sécuritaire et plus juste pour toutes. Nombreuses sont celles qui travaillent dans l’ombre et qui génèrent des changements extraordinaires sans se faire remarquer. 

C’est pourquoi le 20 mars, en commémoration du Mois de la Femme, SUCO Honduras a voulu souligner le travail de cinq femmes exemplaires dans différentes communautés du Honduras, cinq femmes qui se sont démarquées par leurs efforts auprès des organisations partenaires. Le personnel de SUCO Honduras a eu l’occasion de les rencontrer dans le bureau de SUCO à Tegucigalpa et de leur rendre hommage de manière spéciale. 

SUCO vous les présente aujourd’hui : 

Mauricia Castro et Rosa González 
Crédit photo : Camila Álvarez

Mauricia Castro 

Mauricia, militante de l’Association des Femmes Autochtones Tolupanes et fondatrice de l’Alliance des Peuples Indigènes du Honduras, est une figure emblématique de la vie communautaire. Engagée depuis longtemps dans la défense des droits humains et la protection de l’environnement, elle intègre activement les femmes dans ses actions, les encourageant à renforcer leurs compétences et à participer aux prises de décision. 

Mauricia est une source d’inspiration qui tisse constamment des liens au sein des communautés. Diplômée en éducation, elle considère le savoir comme un outil de transformation essentiel. Son objectif principal est de transmettre son engagement aux jeunes générations, en mettant particulièrement l’accent sur leur participation, pour qu’elles et ils puissent contribuer au bien-être de la communauté et à la défense des droits des peuples vulnérables.

Isidora García et Jean-Philippe Gélinas
Crédit photo : Camila Álvarez

Isidora García 

Isidora García est née dans la communauté d’Azacualpa, Intibucá. Depuis sa jeunesse, elle s’est engagée dans les mouvements autochtones, devenant une défenseure des droits humains et environnementaux. Depuis 1987, elle réside à Ojo de Agua, Jesús de Otoro, Intibucá, où elle a été reconnue comme promotrice du rôle crucial que peuvent jouer les femmes dans le développement de leurs communautés. Elle a travaillé activement au sein du Réseau Municipal de Femmes, où elle a pu occuper le rôle de présidente. Son engagement en tant que leader communautaire lui a valu le « Prix de la créativité des femmes rurales », remis à Genève, en Suisse, en 1998. 

Grâce à sa participation active avec FIPAH, « Doña Isi », comme elle se fait appeler dans la communauté, est reconnue et considérée comme une source d’inspiration pour son entourage. Elle a ouvert la voie à de nombreuses femmes, en renforçant leurs compétences dans divers domaines, notamment dans la lutte contre la violence, et la sécurité alimentaire.

María del Rosario Rodas Flores et Gissela García
Crédit photo : Camila Álvarez

María del Rosario Rodas Flores 

Chayito, affectueusement surnommée ainsi, est une promotrice volontaire résidant dans la province de Francisco Morazán, au Honduras. Depuis la fin de 2020, la jeune femme de 28 ans s’adonne à l’agroécologie sur sa parcelle avec le soutien de COSECHA, aux côtés de son mari et de leurs deux enfants. Elle a su diversifier son potager en y cultivant au moins une vingtaine de variétés avec l’aide de son conjoint.

Sur une parcelle de 875 mètres carrés réservée à l’agriculture, Rosario déploie toute son énergie et son engagement. Son ardeur au travail témoigne de la possibilité de transformer les sols et d’améliorer les conditions de vie de sa famille. Son potager est devenu une source abondante de nourriture, fournissant chaque jour plusieurs aliments pour sa famille et pour la commercialisation, ce qui contribue à augmenter les revenus de son foyer. Chayito a également rejoint l’équipe des jeunes agroécologistes de San Bartolo, «El Futuro del Mañana” (Le futur de demain) où elle occupe la fonction de trésorière.

 Rosalinda Mateo Ríos et Rebeca Cárcamo
Crédit photo : Camila Álvarez

Rosalinda Mateo Ríos

Rosalinda Mateo Ríos est une figure majeure au sein du groupe Campesinas en Acción depuis 2009, basé dans la communauté El Catatao à Gracias, Lempira. Elle est reconnue pour son leadership communautaire et son engagement envers l’organisation CODIMCA.

En plus de ses responsabilités organisationnelles, Rosalinda Ríos anime également un programme à la radio communautaire axé sur les droits des femmes. Son utilisation des médias pour sensibiliser est inspirante et exemplaire. Elle possède de nombreux talents dont la chanson. Pour Rosalinda, la musique est un outil fondamental de sensibilisation et de mobilisation. Son objectif est de propager ce goût pour l’art engagé dans sa communauté auprès des futures générations. 

Son influence dépasse largement les limites de son organisation. Rosalinda incarne l’espoir et la motivation pour les femmes de CODIMCA. Son engagement constant en faveur d’une vie sans violence, de la justice et de l’équité en fait une référence incontournable dans la lutte pour les droits des femmes, notamment des femmes autochtones vivant en milieu rural. 

Marisela García Domínguez et Camila Álvarez
Crédit photo : Rebeca Cárcamo

Marisela García Domínguez 

Marisela est une femme Lenca née dans la communauté de Silimania, dans le département d’Intibucá. Dès son jeune âge, elle s’est engagée activement dans des activités menées par des femmes, devenant membre de l’Association des Femmes Intibucanas Renovadas (AMIR) en 2008 et cofondatrice du groupe de base de sa communauté. 

Elle s’est impliquée dans diverses structures liées à l’AMIR, et à l’âge de 24 ans, elle a commencé à travailler pour Siguatas Lencas, une entreprise de produits lencas variés. Elle a acquis une connaissance des processus de production et de commercialisation, et elle occupe maintenant le poste de trésorière au sein du conseil d’administration. Grâce aux activités d’AMIR et aux différentes formations qu’elle a suivies, Marisela a eu l’opportunité de participer à un échange interculturel au Chili en 2020. Aujourd’hui, elle est une leader active dans sa communauté qui inspire les jeunes filles à s’unir pour défendre leurs droits et pour créer une société plus juste. 

En tant qu’organisation qui encourage l’égalité de genre et la justice sociale, SUCO reconnaît  ces merveilleuses femmes pour leur travail et l’inspiration qu’elles représentent pour la population dans la lutte pour un meilleur avenir.

Fátima Hernandez, la représentante pays, souhaite la bienvenue aux participantes et réalise une première activité avec elles
Laura Arévalo, collaboratrice en SEA, fait une activité avec les participantes pour mettre en valeur les qualités qui les démarquent et les apports qu’elles ont fait à leur communauté. 
Photo de groupe de l’équipe de SUCO avec les leadeuses nominées par les partenaires (de gauche à droite): Gissela Martínez (représentante  de COSECHA), Rebeca Cárcamo (représentante de CODIMCA), Kenia Rodríguez (SUCO), Rosalinda Mateo Ríos (leadeuse reconnue par CODIMCA), María del Rosario Rodas Flores (leadeuse reconnue par COSECHA), Jean-Philippe Gélinas (SUCO), Marisela García Domínguez (leadeuse reconnue par AMIR), Fátima Hernández (SUCO), Rosa González (représentante de la RDS), Mauricia Castro (leadeuse reconnue par la RDS), Laura Arévalo (SUCO) et Isidora García (leadeuse reconnue par FIPAH). 

Crédits photos : Camila Álvarez

Cet article a été réalisé grâce au financement du Canada accordé par l’entremise d’Affaires mondiales Canada pour le Programme de coopération volontaire.