Le toucher

Une journée à Gatte Gallo, c’est un peu comme une journée à la plage, sans la mer et le maillot de bain. J’apprécie le massage du sable sur mes premiers pas, mais ça devient rapidement discutable quand il se retrouve par poignées dans mon lit, dans mon repas, dans mes cheveux, à tel point qu’il finit par me camoufler et que je peine à distinguer la réelle couleur de ma peau.

La chaleur est accablante. Effectivement, mon corps scintille de tant de sueur accumulée, ma respiration se fait de plus en plus haletante, mes mains deviennent moites, mon front surchauffe et les rayons du soleil finissent par se faufiler entre mes tresses bien tissées sur ma tête. Le village se rend silencieux d’enfants et l’objectif devient commun : perquisitionner un arbre et bénéficier de sa parcelle d’ombre pour survivre à l’après-midi sénégalais.

Les petites bêtes ne mangent pas les grosses

Paraîtrait-il que les petites bibittes ne mangent pas les grosses. Sincèrement, ici c’est souvent les plus petites qui sont les plus redoutables. Je pense entre autres aux minuscules fourmis qui attaquent mes fesses comme si celles-ci étaient la terre promise d’hospitalité. Elles font aussi compétition aux moustiques qui souhaitent mettre mon esprit et mon corps à rude épreuve. Chose qu’ils arrivent presque à accomplir lorsque je me retrouve avec 200 piqures sur ma jambe droite à mon réveil. Les mouches, quant à elles, se collent et souhaitent former un tout avec mon être. Malgré mon désintérêt, elles persistent et je renonce au combat probablement perdu d’avance. Je finis donc par m’habituer à elles, me disant qu’elles vont peut-être me manquer lorsque je les quitterai.

Je pense aussi aux enfants qui m’entourent le soir lorsque je me couche sur la natte afin d’admirer le ciel étoilé. Des petites mains qui me touchent, qui me collent et qui, parfois, me tirent les cheveux sont des marques d’affection que je reçois quotidiennement. Ces mêmes petites mains se glissent dans les miennes et m’accompagnent assidument lors de mes balades à travers Gatte Gallo. Ils sont si mignons ces petits.

L’hospitalité sénégalaise: un sens réel du partage

À l’heure du repas, manger devient maintenant un art lorsqu’il est question de le faire avec comme seul outil, ses mains. Après 20 ans de maniement d’ustensiles, je me retrouve à devoir réapprendre à me nourrir. Mention spéciale aux gauchers qui doivent adapter leur dextérité à la main droite puisqu’ici, elle devient la main de prédilection pour confectionner la boule parfaite de riz au poisson.Parfois, il m’arrive de discuter avec mon estomac lorsque celui-ci m’informe par des grognements qu’il est goinfré d’une quantité immesurable de nourriture. Et oui, l’hospitalité sénégalaise se traduit par des invitations incessantes à partager le repas.

D’ailleurs, cette hospitalité singulière se distingue de beaucoup d’autres. L’invité devient rapidement partie intégrante de la famille d’accueil et témoigne du réel sens du partage. Effectivement, cette valeur est omniprésente et s’exploite dans chaque petit moment du quotidien. Chaque objet devient l’objet de tout le monde et peut être emprunté. On parle d’une réelle cohabitation entre les membres du village. Les voisins s’entraident, les familles entretiennent des liens indestructibles et chacun peut compter sur son prochain en cas de petits malheurs. Les enfants gambadent de concession en concession, se font dorloter par différentes mamans et finissent même par s’échanger leurs microbes autour du bol commun de tiboudiem. La fraternité prend pleinement son sens. Vivre en communauté et entretenir des relations significatives, c’est la beauté que je perçois ici. Proche de chacun, je ressens une proximité humaine.

Mon corps est maintenant un réel combattant. Il est en mesure de s’adapter à la chaleur sénégalaise, d’amadouer les différents insectes, de doser les succulentes bouchées de riz et d’apprécier les petites mains baladeuses des tout-petits. Même de passage, je me sens membre de cette communauté si accueillante et je peux dire fièrement : «  nous sommes ensemble».

Par Joanie Chevrier

[su_box title= »Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières » style= »bubbles » box_color= »#00AC4E »]Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.[/su_box]