Ensemble pour l’alimentation rurale

Article de Anne Loranger-King
Représentante de SUCO au Pérou

Le 25 mars dernier, une rencontre sur l’entrepreneuriat rural a été réalisée pour faire suite au diagnostic que nous avions effectué sur le même thème en 2014.

L’objectif de l’atelier était de réunir des acteurs de différents horizons pour réfléchir sur les enjeux et les défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs et entrepreneures ruraux dans le pays ainsi que sur les pistes de solutions pour développer et appuyer ceux-ci. Un premier sondage avait été effectué au mois de janvier 2015 pour valider les thèmes qui allaient ensuite être abordés durant l’atelier. Il est ressorti de façon plutôt claire que les enjeux les plus importants sont liés aux éléments suivants : l’articulation commerciale, les innovations technologiques et productives ainsi que l’associativité comme outil de développement.

IMG_2410
Crédit photo : Anne Loranger-King

Pour être en mesure à la fois de présenter du contenu intéressant pour les participants et participantes et ensuite avoir un moment de débat et d’échange entre tous, l’atelier fut donc divisé en deux. Dans un premier temps, cinq conférenciers ont effectué de courtes présentations sur les thématiques représentant les intérêts mentionnés :

-Réjean Lantagne, représentant de SOCODEVI au Pérou, « La coopérative comme outil de développement »

-Xavier Gordillo, conseiller CIES, « Les chaînes de valeurs productives et expériences concrètes de développement rural »

-Antonieta Manrique, conseillère RAE Peru, « La production biologique et les enjeux de l’associativité pour l’agriculture familiale au Pérou »

-Diego Valencia, groupe Zoostener, « L’inclusion des jeunes et le futur de l’agriculture familiale »

-Gaston Lopez, chercheur principal SUCO et consultant Agromarketing, « L’entrepreneuriat rural et l’innovation pour le développement rural »

La deuxième partie de l’atelier a été consacrée aux débats sous forme de Café Mondial. Les participants et participantes devaient donc se déplacer entre les trois tables de discussions pour aborder les thématiques des enjeux choisis initialement, soit l’articulation commerciale, les innovations technologiques et productives ainsi que l’associativité comme outil de développement. Chaque groupe de discussion devait réfléchir à des exemples concrets et identifier trois meilleures pratiques. Lors du dernier sprint d’échange, une question globale a été posée aux personnes participantes : est-il possible de vivre heureux dans le monde rural au Pérou ?

IMG_2341
Crédit photo : Anne Loranger-King

L’atelier a été conclu par le témoignage d’une entreprise rurale sociale, Vacas Felices, qui fait la transformation de produits laitiers biologiques et travaille avec les communautés de la région andine de Lima.

De façon générale, l’atelier a été très apprécié. Il a accueilli plus de 60 personnes de milieux complètement différents, autant des ministères de l’Éducation, de l’Agriculture et de la Production que des ONG péruviennes et étrangères de coopération internationale.* Ce qui a certainement fait la différence lors de la rencontre était aussi d’avoir présents des jeunes, des étudiants en agronomie et des entrepreneurs ruraux qui sont venus partager leur expérience. Ce qui ressort clairement, c’est l’intérêt qui existe pour la thématique et les besoins pressants d’articuler les services de l’État pour offrir un meilleur encadrement et appui technique aux différents entrepreneurs et entrepreneures. Alors que la thématique de l’entrepreneuriat au Pérou a longtemps été associée aux villes, un changement est en train de se produire et les institutions se rendent compte de l’importance de renforcer les régions pour s’assurer d’un développement économique durable et inclusif.

Tous les acteurs présents ont mentionné leur intérêt à continuer la réflexion, mais surtout à identifier des pistes d’actions viables pour renforcer les entrepreneurs et entrepreneures ruraux.

IMG_2465
Crédit photo : Anne Loranger-King

* Nous aimerions souligner la présence à l’atelier, entre autres, des personnes et des organismes suivants : INIA, ALLPA, IDMA, PRISMA, RAE PERU, Junta de desarrollo de Pamparomas, une représentante de la coopération canadienne au Pérou, OXFAM Québec, ADG, Fundación Stromme, Veco Andino, des représentants de la Universidad Agraria, de la Universidad San Marcos et de la PUCP. Merci à tous et à toutes !